samedi 10 juin : Les Amants électriques / Bill Plympton

Les Amants électriques raconte les déboires d’un jeune couple, Jake et Ella, face à l’infidélité présumée de l’autre. Si ce postulat semble indiquer un resserrement de la forme sur l’intimité d’un couple, il n’en est pourtant rien. Car le récit est fondé sur un système de méprise et d’incompréhension qui pousse les deux tourtereaux en dehors du foyer, et amènera même Ella, via une machine trans-âme, à occuper le corps des maîtresses de Jake. L’illogisme latent de l’univers de Plympton, qui peut parfois rebuter par une narration un brin dilettante, fournit pourtant ici une piste d’exploration intéressante : tout ce qui régit la relation de couple n’est pas lié au pragmatisme et à la cohérence, mais plutôt aux élans furibards des sentiments et aux sautes d’humeur.
Le trait chez Bill Plympton, s’il est souvent sarcastique et bouffon, possède aussi quelque chose de mal-aimable, de brutal, qui ne cherche jamais la perfection. Ce sont au contraire les petits défauts qui sont mis en exergue, à travers une difformité assumée, un grand carnaval de proportions exagérées, qui donnent un ton débridé au récit. Le cinéma de Bill Plympton est remplit de digressions assez savoureuses, qui mettent par exemple en scène les fantasmes des personnages, et font entrer dans la diégèse tout un barnum d’images saugrenues, portant le montage jusqu’à un acmé potentiellement délirant.
Le film se charge ici, notamment via la musique, d’une sorte de romantisme échevelé plutôt surprenant, qui marque le juste écart des tourments ressentis par les personnages. Entre envies de meurtre (ou de suicide) et nostalgie d’une harmonie de couple brisée, Jake et Ella sont les deux revers d’une même pièce. L’explosivité et la passion qui régissent leur relation, symbolisée par une rencontre sur un stand d’auto-tamponneuses, devient ainsi le moteur même du déchaînement graphique. Julien Marsa / Critikat

Image de prévisualisation YouTube
Bill Plympton
Les Amants électriques / 2013

Fiche détaillée Wikipédia

Les amants electriques

samedi 6 mai : Land and Freedom / Ken Loach

Au printemps 1936, David, un jeune chômeur anglais, quitte Liverpool et sa fiancée pour s’engager dans les rangs des Brigades internationales, aux côtés des républicains espagnols. Il est intégré dans une section qui lutte pied à pied en Aragon. Très vite, il est fasciné par une combattante, Blanca, la petite amie du meilleur soldat de la troupe, Coogan, un Irlandais, ancien militant de l’IRA. A la suite d’une erreur de David, Coogan est tué. Blessé et renvoyé à Barcelone, David assiste aux déchirements politiques qui minent le camp républicain. Les anarchistes sont désarmés, traqués, et David est incorporé dans la nouvelle armée populaire…

Si Ken Loach n’existait pas, il faudrait l’inventer. Comme il existe, il s’agit de l’aimer comme un être rare. De le protéger comme une espèce en voie de disparition. Car c’est exactement ce qu’il est, avec sa foi politique intacte. Sa fidélité à un idéal de vie oublié. Son obstination à filmer les humiliés et les offensés pour mieux dénoncer tous ceux qui humilient et offensent. David (Ian Hart), le héros de Land and Freedom, est chômeur dans les années 30. Un personnage comme Ken Loach les aime : simple, presque simplet par moments, mais poussé par une conviction soudain révélée et, dès lors, inébranlable. C’est par idéalisme qu’il s’engage, en 1936, aux côtés des forces républicaines. Et c’est un peu par hasard qu’il rejoint le Poum, un petit groupe bien décidé à imposer la révolution active comme antidote au fascisme menaçant. Mais Staline ne l’entend pas de cette oreille. Le Petit Père des peuples a besoin de respectabilité et redoute que ces thèses extrémistes effraient les grandes puissances. Il s’agit donc d’isoler puis d’éliminer les milices du Poum. Il va y réussir très bien, les accusant, d’abord, d’être des traîtres trotskistes, puis, carrément, des agents de Franco. Ecœurés, les militants du Poum rendront les armes et rentreront dans le rang. Ou se feront tuer. Land and Freedom n’est donc ni un film de guerre ni un film politique traditionnel. On n’y voit pas des soldats monter à l’assaut de positions ennemies en criant des hourras enthousiastes. Et la guerre civile espagnole, elle-même, n’intéresse Loach que parce qu’elle symbolise une époque où de pauvres gens, comme David, étaient prêts à mourir pour une certaine idée de la vie. C’est l’honneur qui passionne Loach. Et la façon dont il est trahi, bafoué, floué par l’ordre moral, social ou politique. En dépit de toutes les preuves que lui a fournies l’Histoire et des coups sur la gueule qu’il a reçus comme les autres, il continue à y croire, lui, aux lendemains qui chantent. Et ce qu’il affirme, dans Land and Freedom, avec une sorte de grâce intense, désarmante et, en un sens, fabuleuse, c’est que seule l’utopie justifie la vie. Pierre Murat / Télérama

Image de prévisualisation YouTube
Ken Loach
Land and Freedom / 1995

Fiche détaillée Wikipédia

Land and freedom

Bonus :

Libertarias / Vicente Aranda / 1996
Fiche Wikipédia

Hommage à la Catalogne / George Orwell

samedi 1er avril : Ascenseur pour l’échafaud / Louis Malle

Épouse d’un riche marchand d’armes, Florence Carala (Jeanne Moreau) a rendez-vous avec son amant Julien Tavernier (Maurice Ronet). Celui-ci vient d’assassiner son patron, le mari de Florence, et de maquiller le meurtre en suicide. Le crime semble parfait. Mais un grain de sable vient gripper l’impeccable machine : ayant oublié un détail compromettant, Julien doit revenir sur les lieux… et reste bloqué dans l’ascenseur, tandis que Louis (Georges Poujouly), le petit ami de la fleuriste du coin, lui vole sa voiture ! Florence, elle, croit que son amant l’a trahie et s’enfonce dans le Paris nocturne des bars…
Le va-et-vient entre les trois décors distincts (le huis-clos de l’ascenseur, la recherche sous la pluie et l’excursion sanglante à Trappes) est agencé avec une fluidité qui n’oublie jamais chaque petite pièce du puzzle. La progression du traquenard où sont pris les personnages est pourtant d’une confondante simplicité, comme s’il ne servait à rien de courir puisque le mauvais sort allait de toute façon s’abattre sur eux. Leur détresse apparaît d’autant plus grande, sous le regard indifférent des tiers observateurs (Jean-Claude Brialy, Lino Ventura, Charles Denner), sans états d’âme face à la panique grandissante de ces Roméo et Juliette de bazar. Une implacable tragédie en somme.
Ascenseur pour l’échafaud donne la réplique à un nouveau langage filmique : celui de la Nouvelle Vague qui vient juste d’éclore. De cette forme-écriture, à la fois crue et sophistiquée, Jeanne Moreau, à fleur de peau, qui soutiendrait à elle seule le récit à trois actions parallèles, et la musique de Miles Davis, sommet du jazz (et de sa fusion pourrait-on dire, avec le film noir) sont les formidables et inoubliables protagonistes.

Image de prévisualisation YouTube
Louis Malle
Ascenseur pour l’échafaud / 1958

Fiche détaillée Wikipédia

Ascenseur pour l'echafaud

12345...16



Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry