• Accueil
  • > Archives pour janvier 2019

Archive mensuelle de janvier 2019

samedi 12 janvier : La Belle et la Bête / Jean Cocteau

Si le pouvoir d’addiction de cette « féerie sans opium » (tournée au sortir d’une cure de ­désintoxication) reste éternel, c’est grâce à la magie de son langage cinématographique. Par le génie de son chef op Henri Alekan, le cinéaste parvient à éclairer l’irréel. En ­opposition au monde réel de la Belle, inspiré par Vermeer, l’intérieur du château, le monde de la Bête, est tout en clair obscur, sous l’influence fantastique de Gustave Doré. Le décor est-il animé ou inanimé ? L’atmosphère repose sur cette ambivalence. ­Témoins ces candélabres humains, bras-flambeaux sortant du mur, partie d’humanité passée de l’autre côté du miroir, avalée par le merveilleux. Le trucage, d’une simplicité enfantine, peut encore rendre jaloux tous les ordinateurs des plus grands studios d’animation actuels : Cocteau monta la scène à l’envers pour faire croire que les candélabres s’allument au fur et à mesure. Quant à sa Bête, elle est l’incarnation parfaite de l’affrontement de la beauté et de la laideur, thème essentiel de l’auteur. Il fait jouer Avenant (prétendant qui n’existe pas dans le conte) et la Bête par le même Jean Marais. Puis punit Avenant pour son arrogance dans un fondu enchaîné où il meurt en prenant l’apparence de la Bête. Hanté par le procès de Nuremberg, qui se déroulait pendant le tournage, Cocteau réfléchissait sur la vraie monstruosité, au-delà des apparences. Guillemette Odicino / Télérama

Image de prévisualisation YouTube
Jean Cocteau
La Belle et la Bête / 1946

Fiche détaillée Wikipédia

La Belle et la Bête aff




Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry