Archive pour la Catégorie 'Abderrahmane Sissako'

samedi 2 mai : Bamako / Abderrahmane Sissako

Melé est chanteuse. Comme tous les soirs, elle se prépare à aller au bar où elle se produit. Elle n’en peut plus de cette vie et compte quitter le village pour tenter de faire carrière ailleurs. Chaka, son mari, est au chômage depuis longtemps. S’il s’occupe de leur fille, il passe également son temps à traîner un peu partout. Melé sent que plus rien ne l’attache à cet homme. La séparation semble inévitable. Dans la cour de leur immeuble, une cérémonie se prépare. On installe des tables, des chaises et des bancs pour improviser une cour de justice. Les juges prennent place. La population africaine a porté plainte contre la Banque mondiale…
Bamako. Qui n’a pas un jour rêvé, sous le coup de la colère, de prendre la parole publiquement pour dénoncer une injustice flagrante en disqualifiant à tout jamais les coupables ? C’est ce désir utopique, sorte de scène primitive de la révolte, que le réalisateur d’En attendant le bonheur a mis ici en images sous la forme d’un film-procès simple comme bonjour. Nous voilà en effet installés dans la cour d’une maison ocre de Bamako. Alors qu’alentour la vie continue, un tribunal siège, avec son président en toge, ses avocats de la défense et des parties civiles, son auditoire. Le fautif incriminé est de taille : rien de moins que le FMI et la Banque mondiale réunis, responsables de la paupérisation de la plupart des pays d’Afrique subsaharienne.
Dans ce procès à charge, les avocats de la défense font plutôt pâle figure. Difficile d’éviter le manichéisme sur un tel sujet. Mais le geste de Sissako est à rapprocher de la fable, politique et poétique. L’essentiel est d’offrir une tribune populaire où chacun dit ce qu’il a sur le cœur, selon sa manière, sa langue à lui, instruite ou non. Ce tribunal à ciel ouvert a beau être de fortune, il délivre la parole comme nulle part ailleurs.
C’est dans cette cour-là que le cinéaste a grandi, où l’histoire personnelle et l’histoire collective se rejoignent. Sissako y revient pour refaire le monde en conviant à la fois des gens du coin et de vrais avocats. Les réquisitoires des magistrats qui stigmatisent le bradage des services publics sont éloquents. Qu’importe le verdict, les choses ont été dites. Une avocate fière a pu, par exemple, balayer le cliché d’un continent indigent en affirmant que « l’Afrique est victime de ses richesses ». Un avocat a réclamé à la Banque mondiale « des travaux d’intérêt général à perpé­tuité ». Dont acte.
Jacques Morice / Télérama
Image de prévisualisation YouTube
Abderrahmane Sissako
Bamako / 2006

Voir la fiche détaillée Wikipédia

À consulter :
Les Cahiers du Cinéma
Critikat

 

bamako-223x300




Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry