samedi 1er décembre : La Féline / Jacques Tourneur

Irena Dubrovna (Simone Simon) est hantée par la peur d’être la descendante d’une race de femmes-monstres qui se transforment en panthères dès qu’elles perdent leur virginité. Olivier Reed (Kent Smith) tombe amoureux d’elle et l’épouse. Mais le comportement de la jeune mariée, qui se refuse à son mari, va se dégrader d’une inquiétante manière…
La Féline est un film d’une grande pureté formelle. Tourneur se sert de simples effets de mise en scène pour développer une atmosphère angoissante et glisser lentement vers un réalisme fantastique. Le choix d’ancrer l’histoire dans un contexte contemporain est également l’une des grandes originalités du film. Tourneur épure au maximum son image, joue avec les sons (un freinage de bus devient le rugissement d’un léopard) et use de nombreux effets d’ombre et de lumière. Le point d’orgue étant la très belle scène de la piscine où les reflets de l’eau sur les murs créent une présence invisible et une ambiance étouffante.
Image de prévisualisation YouTube
Jacques Tourneur / 1942
Avec Simone Simon, Kent Smith, Jane Randolph
Fiche détaillée Wikipédia : cliquez ICI
Analyse filmique ICI

La Féline

samedi 3 novembre : The Shop Around the Corner / Ernst Lubitsch

The Shop Around the Corner bénéficie d’un statut particulier dans l’œuvre de Lubitsch. Délaissant le glamour de la haute société, le cinéaste se tourne vers les « petites gens » avec un amour sincère : dans une boutique de Budapest, une jeune fille demande un emploi. Mais sa venue va perturber les rapports entre employés…
« C’est le plus beau des Lubitsch, car le plus sensible : les gags sont irrésistibles (autour d’une boîte à cigarettes musicale ou avec cet employé qui fuit chaque fois que son patron lui demande un avis « sincère » !), mais l’humour se teinte d’une délicieuse mélancolie, toute slave. Dans cet imbroglio sentimental, cette valse des malentendus somptueusement orchestrée, pas de princes, d’escrocs ou de charmeuses, mais des gens ordinaires, moins insouciants, plus fragiles : ils craignent le chômage, la solitude, sont tentés par le suicide. Mais finissent par en rire… La dernière séquence, où James Stewart critique son double épistolaire puis éteint, peu à peu, les lumières de la boutique pour révéler la vérité à Margaret Sullavan, évoque l’ultime confession de Cyrano à Roxane, en plus gai. Et c’est avec un simple œillet, qui apparaît à une boutonnière dans la pénombre, que Lubitsch matérialise cette révélation amoureuse. Sublime. » Guillemette Odicino / Télérama
Image de prévisualisation YouTube
Ernst Lubitsch / 1940
Avec Margaret Sullavan, James Stewart, Frank Morgan
Fiche détaillée Wikipédia : cliquez ICI

The Shop Around the Corner

vendredi 5 octobre 2012 : Casque d’or / Jacques Becker

Les Apaches de la bande à Leca, des voyous qui hantent le quartier de Belleville ont investi avec leurs femmes une guinguette du bord de Marne à Joinville-le-Pont. Marie, une prostituée surnommée Casque d’Or en raison de son étincelante chevelure, s’est fâchée avec son amant du moment, le distingué Roland. Surgit alors Raymond, accompagné de son ami d’enfance, Manda, un ancien Apache reconverti en charpentier sérieux et convaincu. Entre la belle et le charpentier, le coup de foudre est immédiat. Une passion destructrice, sur fond de rivalité au sein du gang, va unir les deux amants.
Du coup de foudre à l’échafaud, Casque d’or est une tragédie « Belle époque » à la beauté mélancolique. L’histoire d’un amour impossible, marqué par le destin, que portent Simone Signoret et Serge Reggiani, inoubliables.
Image de prévisualisation YouTube
Jaccques Becker / 1952
Avec Simone Signoret, Serge Reggiani, Claude Dauphin, Raymond Bussières
Fiche détaillée Wikipédia : cliquez ICI
…Et une jolie chanson, en hommage à Casque d’or, Jacques Becker et Simone Signoret, à écouter en cliquant LA

Casque d'or

1...1213141516



Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry