samedi 4 mars : Under the Skin / Jonathan Glazer

« Rarement une œuvre aura retranscrit avec une telle acuité la sensation d’être étranger à son corps. » / Mad Movies
Présenter Under the Skin, sans trahir ni déflorer, se fait, peut-être, au prix d’un pari. Un pari, c’est par définition, douteux, hasardeux, incertain. Risqué.
Risquons, donc, ici, le pari d’une chronique paradoxale : celle qui parviendrait, en funambule, à en dire le moins possible, mais aussi suffisamment, pour, précisément, laisser ensuite le film opérer dans toutes ses strates.
Film imposteur-imposture, Under the Skin fait effraction ; à la limite de l’escroquerie (avec l’ironie – noire – d’un art, contemporain en diable !) le voici qui se présente avec la prétention – on pourrait presque dire, le laissez-passer – d’un genre : ici, celui de la science-fiction. Résumons : « Une entité extraterrestre arrive sur Terre, et, sous l’apparence d’une femme, séduit des hommes, les « enlève » [bien que volontaires], et les fait disparaître… ». Si l’on s’en tient là, on pourrait dire, tout simplement : bof.
L’ « histoire », ainsi réduite à ce squelette, ne révèle / absolument / rien. Tel un trou noir – peut-être celui de la première image du film ?! – elle garde jalousement secrets les infinis, mondes parallèles, univers multiples, plurivers, multivers, de ses plis et replis. Pire : si l’on s’en tient là, on pourrait bien se tromper de film. Et « tout le monde » – fanatiques du genre comme rétifs – s’en trouverait alors « évidemment » exclu.
Or, justement, Jonathan Glazer ne cesse de faire le pied-de-nez aux évidences, et de se jouer des codes et des genres (Sexy Beast / 2000 : le polar ; Birth / 2004 : le fantastique). En cinéaste rare et « artisanal », il s’en saisit, et, à chaque fois, en brouille les cartes : dénaturer/pervertir/excéder les codes. Car Under the Skin est bien « évidemment » (ce qui, évidemment, n’a rien d’évident) un vrai-faux film de SF. Il excède le genre, tout en endossant avec audace, culot et talent, ses références séminales, tant philosophiques qu’esthétiques, de Body Snatchers à Kubrick.
SF, road-movie, serial-killer, clin d’œil cinéphile en jeu-tension sur le glamour de la star-personne-personnage « incarné-e/désincarné-e » (c’est le cas de le dire, mais ne dévoilons pas) : tout y passe, ou presque. Mais l’objet n’est pas seulement, et heureusement, une mise en abyme nombriliste du cinéma sur lui-même. L’œuvre est ouverte, et sa machine : folle. Machine folle, la musique, envoûtante ; le rythme du montage, hypnotique (et vice-versa) ; le parti-pris des effets spéciaux et des conditions de tournage (n’en disons pas davantage à ce sujet) ; et, bien sûr, last but not least, la présence (bien, bien bien au-delà, d’une prestation) de la formidable Scarlett Johansson : tout concourt à faire d’Under the Skin – à la condition de rencontrer le laisser-aller, le laissez-passer, le lâcher-prise indispensable et nécessaire – un grand, un très grand film. La traversée d’une expérience.
Marco Candore

Image de prévisualisation YouTube
Jonathan Glazer
Under the Skin / 2013

Under the skin

samedi 4 février : Le Moindre centime / Erika Haglund & Benjamin Serero / PROJECTION EN PRÉSENCE DES RÉALISATEURS

Des visages, des voix. Des portraits.
Dans le bureau de l’assistante sociale, ils posent sur la table une facture impayée, une demande de bons alimentaires. Par bribes, ils racontent à voix nue leur pauvreté discrète et méconnue. Martine, l’assistante sociale, tout à l’écoute, les aide à ne pas lâcher prise. Concrètement, elle cherche avec stratégie tous les leviers possibles de l’aide sociale.
Au fil d’une année, nous les retrouvons régulièrement. Nous les suivons dans leur rendez-vous, mais aussi, peu à peu, dans les à côtés de la vie : au travail, au sport des enfants, au cours de conduite… Les saisons passent, les langues se délient, et eux luttent au jour le jour pour leur survie. Jusqu’à quand ?
« Transformer les chiffres en témoignages, donner un visage aux statistiques. Dans le bureau de l’assistante sociale, au fil des rendez-vous, nous avons voulu donner la parole à ceux qui luttent au quotidien pour vivre décemment. Quel visage ont-ils ? Comment se racontent-ils eux mêmes ? Comment vivent- ils leur situation ? Toutes réunies, ces bribes de vies forment une mosaïque représentative de ce que vivent nombre de personnes en situation de grande précarité, en France et ailleurs en Europe. »
Avec Le Moindre centime, Erika Haglund et Benjamin Serero incitent au débat : quelles réponses ? Quelles propositions ?

APRÈS LA PROJECTION :
APÉRO PARTICIPATIF ET DISCUSSION AVEC LES RÉALISATEURS

Erika Haglund & Benjamin Serero
Le Moindre centime / 2012

Fiche détaillée Dublin Films

fichier pdf dossier Le Moindre centime

Le moindre aff

samedi 7 janvier : Pension d’artistes / Gregory La Cava

Dès son entrée au Footlights Club, une pension new-yorkaise, la très belle Terry Randall, issue de la bonne société du Middle West, suscite des jalousies. Ses bonnes manières tranchent au sein de la troupe des chorus girls. Sa colocataire, Jean Maitland, n’est pas la dernière à la détester. L’autre moitié de son mépris, Jean la réserve à la sophistiquée Linda Shaw, dont la liaison avec un producteur, Tony Powell, la scandalise. Seule la douce Kay Hamilton fait l’unanimité de ses collègues. Toutes l’adorent. Terry ignore les appels à la raison de son père et persiste dans sa volonté. Elle deviendra une actrice de premier plan. Elle prend des leçons auprès de Catherine Luther, une vedette déchue…
Pension d’artistes (Stage Door) est un des plus beaux films produit par la RKO durant les années 30 et constitue une étape importante pour ses participants. Le film adapte une pièce à succès jouée à Broadway : les différents destins d’aspirantes artistes féminines vivant en communauté dans une modeste et bouillonnante pension.
http://www.dailymotion.com/video/x2k4kfy
Gregory La Cava
Pension d’artistes (Stage Door) / 1937

Fiche détaillée Wikipédia

Pension d'artistes

12345...17



Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry