samedi 9 avril : J’aime la vie, je fais du vélo, je vais au cinéma / Francis Fourcou

Chronique amusée et impertinente, J’aime la vie, je fais du vélo, je vais au cinéma nous fait partager quelques mois de la vie des salles de cinéma indépendantes art et essai, à la programmation exigeante. Cela commence comme un voyage nostalgique au pays des souvenirs d’enfance et des cinémas d’antan : le Rex, l’Atalante, le Lux, l’Eden… Mais Francis Fourcou précise très vite le vrai sujet de son documentaire : le présent et l’avenir des salles de cinéma. Au rythme des témoignages glanés le long de son périple, il nous embarque à la rencontre de ces « passeurs d’images » qui défendent un cinéma farouchement indépendant et une certaine idée de la diffusion des films. Sans manichéisme, il analyse les bouleversements provoqués par le phénomène des multiplexes et l’émergence d’une nouvelle forme de résistance. Celle des spectateurs qui luttent, aux côtés des exploitants indépendants, pour qu’un autre cinéma subsiste, à l’image du réseau Utopia, dont les fondateurs nous racontent l’épopée. Dans les coulisses de leurs salles bordelaises, nichées dans une ancienne église, on partage au passage quelques minutes du quotidien du programmateur ou de la projectionniste. En évoquant aussi l’expérience originale d’un ciné ambulant dans les Landes ou le combat de la salle Arenberg-Galeries à Bruxelles, le réalisateur donne à son film une dimension profondément humaine et joliment bariolée. Et nous rappelle la vraie vocation de la salle de cinéma : le partage. Mathilde Blottière / Télérama
Image de prévisualisation YouTube
Francis Fourcou
J’aime la vie, je fais du vélo, je vais au cinéma / 2005
Entretien avec le réalisateur
Fiche Wikipédia

aff je fais

samedi 12 mars : Ceci n’est pas un film / Jafar Panahi

Comment, quand on est réalisateur, faire un film depuis son appartement, sans caméra, sans chef opérateur, sans preneur de son, sans… rien ? En vivant en Iran, interdit d’exercer son métier. En livrant à la petite caméra DV d’un ami, autre réalisateur, sa frustration. Et en la tournant naturellement en force créatrice. Parce qu’il a ça dans le sang, Jafar Panahi. Finalement, de ces bouts de rien travaillés par un montage haletant, Panahi et Mirtahmasb livrent un objet filmique inattendu, qui n’est rien d’autre que tout ce qu’on attend du cinéma.
Face caméra, un homme d’une cinquantaine d’année, pas très bien réveillé, prend son petit déjeuner. La bande-son égrène le craquement du pain, la cuiller contre le pot de miel, la sonnerie du mobile. Mais l’homme ne peut pas parler au téléphone. Il dit à son interlocuteur : « À propos de ce que tu sais… Bon, tu ne peux pas passer plutôt à la maison pour en parler ? »
Cet homme, c’est Jafar Panahi, sans doute, avec Abbas Kiarostami, le cinéaste iranien vivant le plus important. (…)
Vacillant entre moments de frustration et de désespoir de Panahi et scènes d’exacerbation de la créativité, Ceci n’est pas un film est le cri de rage d’un cinéaste empêché. Ceci est la force, l’angoisse et la beauté d’un geste cinématographique hors cadre. Ceci est tout un monde dans un objet filmique inattendu. « Un film n’est jamais ce qu’on raconte, mais ce qu’on réalise. » Précisément. Jafar Panahi a réalisé Ceci n’est pas un film, et ceci est un film. Et un grand.
Critikat / Sarah Elkaïm / Ici l’article intégral
Image de prévisualisation YouTube
Jafar Panahi
Ceci n’est pas un film / 2011

Fiche détaillée Wikipédia

aff panahi

samedi 6 février : La Nuit du chasseur / Charles Laughton

Réalisé en 1955, La Nuit du chasseur fut le seul film de l’acteur anglais Charles Laughton. Échec commercial, peu commenté par les critiques de l’époque, ce premier film fit peu à peu parler de lui au fil des années pour finalement devenir ce qu’il est aujourd’hui : un chef d’œuvre incontournable et bien plus complexe qu’il n’y paraît. Sous son apparente féerie, ce conte adapté du roman de Davis Grubb est d’une noirceur rarement égalée.
Juste avant d’être arrêté par la police et condamné à la potence, Ben Harper confie à son très jeune fils, John, le butin de son braquage. Caché dans le ventre de la poupée de la petite sœur, Pearl, la somme d’argent va susciter la convoitise d’un compagnon de cellule, le révérend Harry Powell. Sitôt libéré, ce dernier va rechercher la petite famille, épouser la veuve Harper et tenter de mettre la main sur cet argent que John et Pearl gardent à l’insu de tout le monde. Après le meurtre de leur mère, les deux jeunes enfants s’enfuient par la rivière. Un peu plus en aval, ils sont recueillis par une femme forte et indépendante qui les protège envers et contre tout.
Filmé du point de vue du petit John Harper, La Nuit du chasseur est une œuvre forte sur la fin de cette innocence qui caractérise – souvent à tort selon Freud – les années de l’enfance. John, même pas dix ans, est contraint par les événements d’agir en adulte car ces mêmes adultes qui peuplent l’univers de Laughton sont totalement défaillants, voire démoniaques. Bien sûr, plusieurs lectures du film sont possibles et c’est ce qui fait généralement la force des films de l’Âge d’or d’Hollywood où la censure exerçait une pression à ce point importante, que les réalisateurs devaient user de stratagèmes ingénieux pour évoquer un sujet alors considéré comme tabou. Car dans La Nuit du chasseur, l’argent revêt surtout une symbolique sexuelle complexe qui lie fatalement l’enfant à la figure du père. Le traumatisme et le cauchemar des enfants Harper, c’est avant tout l’ombre du pédophile, du violeur (le révérend Harry Powell) qui menace continuellement de tuer leur innocence d’un coup de phallus tranchant. La morbidité à laquelle sont violemment exposés les enfants – première scène traumatique du film – est parfaitement illustrée dans l’une des premières scènes du film commentées par Lillian Gish où l’on voit un jeune groupe jouer à cache-cache et finalement découvrir le corps inerte d’une jeune femme.
Clément Graminiès / Critikat
Article intégral ICI
Image de prévisualisation YouTube
Charles Laughton
La Nuit du chasseur / 1955

Présentation par Jean Douchet ICI

Fiche détaillée Wikipédia

Sans titre

1...34567...16



Videopassion07 |
maillot de bain push up,www... |
A crazy world |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Freddyvsjason
| Ilmiocinema
| Vieetpassionsdethierry